Formation de l’acteur

La formation en 7 points

  • Une formation unique et novatrice, fondée sur l’imagination par l’action, issue du cours aux acteurs de Rudolf Steiner
  • Une bourse d’étude pouvant couvrir jusqu’à 80% des frais de scolarité
  • Des cours dispensés par des professionnels confirmés et en activité
  • Des spectacles en public tous les trimestres les deux premières années et un spectacle diplômant de niveau professionnel en 3e année
  • Des effectifs limités pour un suivi personnalisé
  • Un programme organique permettant une progression constante.
  • Des stages d’approfondissement technique dans de nombreux domaines (clown, mime, danse…)

Visionnez les quatre courtes séquences documentaires sur la pédagogie d’Actéon réalisées par Roland Muller, en suivant ces liens:

– Actéon, une école hors du commun 1/4

– Actéon, une école hors du commun 2/4

– Actéon, une école hors du commun 3/4

– Actéon, une école hors du commun 4/4

Les intervenants

Wilhelm QUEYRAS :  Intervenant principal en théâtre, parole et mise en scène

Portrait Wilhelm Queyras

Auteur, metteur en scène, comédien en langue anglaise, française et allemande. Il a suivi une formation d’art de la parole à la London School of Speech and Drama (l989-1993), avant de rejoindre le  » Crysalis Theater  » (Londres) où il intègre la troupe de Peter et Barbara Bridgmont. A travers ces deux expériences, il approche et approfondit la méthode du Cours aux acteurs de Rudolf Steiner. De retour en France il collabore avec Roland Dubillard, Pierre Chabert, Howard Barker (théâtre), Guillaume Canet, Jean-Pierre Mocky (cinéma), Romain Bouteille, Rufus, Romain Weingarten (radio France Culture). Durant plusieurs années, il anime un atelier de voix pour comédiens professionnels à Paris tout en poursuivant sa carrière de comédien au Rond Point des Champs Elysées, au Chêne Noir (Avignon), au Théâtre Molière ou encore au Théâtre du Lucernaire (Paris). Citons, entre-autres: Comme un bouchon de Roland Dubillard avec Ariane Dubillard,Si Camille me voyait, de Roland Dubillard, mise en scène de Maria Machado-Dubillad, La Cène, de Howard Barker, La boite à outils de Roland Dubillard, mise en scène de Pierre Chabert, Le soldat fanfaron de Plaute, mise en scène de Marc Cousquer. En 2007, il co-fonde la compagnie La Faille établie à Villeneuve les Avignon où il poursuit son travail de metteur en scène (Faim, Festivals d’Avignon 2007 et 2008) et d’auteur (La Visite, Power of Imagination, Les fenêtres endormies, Il viendra à six heures, Dans le ventre de la mère, ou encore, The Order, Festival d’Avignon 2010). En milieu scolaire, il a dirigé régulièrement des adolescents avec notamment des mises en scène de: Marie Tudor, adapté du roman de Vicor Hugo, Le Menteur de Goldoni, La contrebasse de Patrick Süskind, La rivière des deux mondes, spectacle soutenu par les éditions Actes Sud, et dont il a également conduit l’adaptation à partir de textes d’Eric Emmanuel Schmitt, Simone Weil, Henri Mitton… En 2009, il a dirigé La tempête de Shakespeare, pièce avec laquelle les élèves sont partis en tournée en Inde. Enfin, il a mis en scène La Cantatrice Chauve d’Eugène Ionesco avec la compagnie « Les Art’Souilles », mais aussi L’Assemblée des Femmes d’Aristophane au théâtre antique d’Arles (août 2011) et Les Métamorphoses d’Ovide dans le cadre de l’anniversaire de l’inscription d’Arles au patrimoine mondial de l’UNESCO (juillet 2011).

Depuis 2009, Wilhelm Queyras assure la direction pédagogique de l’école de théâtre Actéon et a crée à ce jour près de 40 mises en scènes dans le cadre de la formation professionnelle. De plus, il assure les mises en scène professionnelles des commandes effectuées par certaines institutions (Nuit des Musées 2016, 2015, 2014, 2013… au Musée Départemental de l’Arles Antique, Journées du Patrimoine 2014, 2013 et 2012, …).

Deux spectacles sont actuellement en préparation:

-Le « concert-Lecture des frères Queyras », en collaboration avec son frère violoncelliste Jean-Guihen Queyras dans le cadre des Rencontres Musicales de Haute-Provence qui se tiendront en juillet 2017 à Forcalquier.

-Une mise en scène et adaptation au théâtre du roman biographique d’Eric-Emmanuel Schmitt, Nuit de feu, à la demande de l’auteur et en collaboration étroite avec lui. La première est fixée en juillet 2019. Le violoncelliste Jean-Guihen Queyras, participe également au projet.

Marie-Pierre STRANO : Directrice artistique, scénographe/costumière,intervenante histoire du théâtre et esthétique de la scène.

Portrait Marie Pierre Strano

Ancienne doctorante au sein du Laboratoire Culture et Communication(LCC) de l’Université d’Avignon où elle mena des recherches sur le langage phénoménologique du costume de théâtre contemporain sous contrat de recherche avec la région PACA. Travaille sur la base de la phénoménologie goethéenne et de l’anthroposophie dans l’élaboration des costumes et décors des spectacles d’Actéon. Après de nombreuses expériences en gestion administrative (DDJS, CDOS 84,…), elle prend en charge la gestion des Universités d’été du Laboratoire d’Études et de Recherches Théâtrales d’Avignon (LERTA) de l’Université d’Avignon durant plusieurs années et collabore avec Xavier Doizy et Bernadette Rey-Flaud, Carlo Boso, Luca Franceschi, Josef Markocki, le théâtre des Asphodèles, Fernando Arrabal… tout en poursuivant ses études avec l’obtention d’une licence FLE, une maîtrise de lettres modernes et un master « Théâtre et modalités de la représentation » . Créatrice de costumes et décors depuis plus de 15 ans, elle participe activement à la création des pièces du théâtre universitaire du LERTA (théâtre de tréteaux essentiellement), puis s’oriente vers des créations plus poétiques comme La Femme Mosaïque, L’architecte et l’empereur d’Assyrie (Akwaba, Festival d’Avignon 2005), La Cantatrice Chauve (Art’Souilles, festival d’Avignon 2010),… Collabora aussi aux projets théâtre de l’école Steiner de Sorgues en tant que costumière et scénographe. Comédienne au sein du LERTA, du Théâtre du Contretemps (Chicanas, festivals d’Avignon 2001 et 2002), et au sein de la compagnie La Faille (SOS j’étouffe, Festival d’Avignon 2007).

Poursuit actuellement ses recherches sur l’esthétique de la scène et l’histoire du théâtre au sein de l’école Actéon, qu’elle co-fonde avec Wilhelm Queyras en 2009 et dont elle assure la direction artistique et administrative: a dirigé près de 40 créations de costumes et scènographies depuis la création de l’école dans le cadre de la formation professionnelle et plus de dix spectacles professionnels (Nuit des Musées 2016, 2015, 2014, 2013… au Musée Départemental de l’Arles Antique, Journées du Patrimoine 2014, 2013 et 2012, L’Assemblée des Femmes d’Aristophane au théâtre antique d’Arles (août 2011) et Les Métamorphoses d’Ovide dans le cadre de l’anniversaire de l’inscription d’Arles au patrimoine mondial de l’UNESCO (juillet 2011)….). Actuellement elle prépare la direction esthétique (costumes et scénographies) de l’adaptation au théâtre du roman biographique d’Eric-Emmanuel Schmitt, Nuit de feu, sous la direction de Wilhelm Queyras. La première est fixée en juillet 2019.

Thomas DAVIAUD : Intervenant improvisation, éveil des perceptions et techniques théâtrales.

Après une formation à l’école supérieure d’art dramatique ALANUS à Alfter (Allemagne), il entre comme comédien au Studio M. Tchekhov à Berlin. Comédien et metteur en scène en langue française, anglaise et allemande, il travaille entre autres avec les compagnies Laan van Poot, Dell’Improvviso, Lucioclonic, Ver’ tige, Tousamba’L, Turm, Clair obscur, Grain de moutarde… Il touche à divers styles: performances, Commedia dell’arte, absurde, contemporain, récital… avec des metteurs en scène tels que Luca Francescchi, Maria Machado, Donna Corboy, Annie Rhodes, Jobst Langhans, Sahra Kane, A. Bazy… Durant ces dix dernières années, il parcourt l’Europe (Allemagne, Suisse, Hongrie, Scandinavie, Belgique, Hollande) et tourne en Russie. Il travaille en parallèle à la conception et à la réalisation de projets socioculturels avec des handicapés mentaux, des non voyants, des jeunes en difficultés… Co-fonde la compagnie La Faille en 2007 au sein de laquelle il monte des ateliers d’art thérapie et des cours d’art de la parole pour avocats, fondés sur la méthode de Rudolf Steiner, tout en poursuivant ses activités de comédien et metteur en scène (SOS j’étouffe, pièce jeune public, Festival d’Avignon 2007).

Marc-Alexandre COUSQUER : Intervenant en gestuelle à partir du masque, théâtre classique et alexandrin.

Comédien et metteur en scène en langue française et allemande. Formation à l’Ecole du Studio Théâtre Jean-Louis Martin Barbaz à Paris (1996-1999), puis au Studio Mikhael Tchekhov à Berlin (1999-2000) et enfin à l’Ecole d’Art de la Parole au Goetheanum (Suisse) où il suit notamment des cours avec Wolfgang Greiner et Jorg von Kralik. Stages avec Ariane Mnouchkine, Carlo Boso, Michael Blume, Beatrice Albrecht… Il travaille avec différents metteurs en scène tels que Jean-Louis Martin Barbaz, Emmanuelle Bott, Jobst Langhans, Arnold Sandhaus, … Il met en scène Les Choéphores d’Eschyle, Les Cavaliers d’Aristophane (Goetheanum). Puis, Le Soldat fanfaron de Plaute et Le Misanthrope de Molière les deux premières créations au sein de la compagnie qu’il dirige : Le Théâtre de l’Homme Inconnu. Il pratique également la fabrication de masques.

Marie-Annick GUERDIN : Intervenante eurythmie.

Après des études de danse classique à la Réunion, elle devient sociothérapeute pendant de nombreuses années pour des jeunes en difficultés sur sa ferme Demeter dans le sud de la France. Elle suit une formation d’eurythmie à Lausanne en Suisse, puis sort diplômée de l’école L’Eurythmée de Chatou. Elle prend part au groupe de recherche internationale sur la phénoménologie de l’eurythmie du professeur Thomas Goebel, dès sa création. Elle anime aussi un atelier d’eurythmie pour jeunes comédiens à Bâle, en Suisse et, depuis, participe à plusieurs spectacles : La Visite de Wilhelm Queyras, Les Enfants de Lucifer d’Edourd Schuré, Avec nous la rivière de Christiane Desilles (joué à Strasbourg en 2007)…

Les intervenants occasionnels

Sky de Sela, (clown)

Michel Bélier (écriture de plateau)

Emile Lansman (mise en lecture de textes contemporains)

Fabio Ezechiele Sforzini (mime)

Paul Emond (atelier d’écriture)

Françoise Campagne (danse von Laban)

Jean-Serge Dunet (escrime théâtrale)

Luca Franceschi (commedia dell’arte)

Stéphanie Ladet (caméra)…

Visionnez les quatre coutes séquence documentaires sur la pédagogie d’Actéon réalisées par Roland Müller, en suivant ces liens:

– Actéon, une école hors du commun 1/4

– Actéon, une école hors du commun 2/4

– Actéon, une école hors du commun 3/4

– Actéon, une école hors du commun 4/4

 

Le cursus

Programme

1e année

2e année

3e année

 

Organisation générale des trois années de formation

33 semaines de cours obligatoires par an, 18 à 19 h par semaine réparties sur 3 jours.

Ces heures de cours peuvent êtres complétées par des journées ou soirées de travail à l’approche des spectacles et durant les stages d’approfondissement, sans supplément tarifaire.

Mais aussi… des séminaires, des rencontres avec des professionnels et des participations variées à des évènements culturels locaux vous seront proposés.

 

Les enseignements

Art de la parole

Le conteur doit fasciner son auditoire, être capable de le conduire, sans jamais le perdre, tout au long d’une histoire, tandis que le comédien a charge, par l’entremise de la parole, de faire passer dans l’âme des spectateurs les mille nuances et intentions de ses personnages. Quant à la poésie, elle devrait pouvoir s’écouler dans la salle comme une musique. Ces capacités fondamentales, les futurs acteurs doivent êtres capables de les acquérir. Ceci inclut : un travail sur le souffle, l’articulation, la fluidité du langage, la maîtrise des ambiances, de ses rythmes, de ses nuances. Le jeune comédien devra, avant toute chose, apprendre à faire vibrer l’air de l’espace périphérique afin de démultiplier la puissance de son instrument, sans abîmer ses cordes vocales.

Interprétation

C’est par une pratique bien conduite que le comédien saura acquérir au mieux la maitrise de son art, le sens du texte et sa réalisation dans l’espace. L’interprète apprendra peu à peu à ressentir quel endroit sur scène est le plus efficace pour tel ou tel monologue, quels positionnements et relations conviennent le mieux à tel dialogue, comment la manipulation d’un objet peut créer une ambiance et un sentiment capables de soutenir l’action et le texte, quelles relations entretenir avec la scénographie et le costume, la place qu’il faut donner à l’imagination, la psychologie d’un personnage, comment agissent le profil, la face, ou la qualité d’un déplacement… Exercices, travail sur des extraits de pièces et mises en scène de spectacles seront à l’ordre du jour tout au long de la formation. Ceci permettra aux acteurs de développer les instincts indispensables à leur profession.

Eurythmie

L’eurythmie permet d’entrer dans la vie du mouvement, et d’en explorer les métamorphoses. Elle donne à l’acteur la possibilité d’appréhender l’espace de façon nouvelle. Ce mouvement est en relation avec les forces liées aux sons parlés ou musicaux, et en révèle la nature profonde : il devient langage rendu visible. En eurythmie de la parole, apprendre à vivre le langage comme quelque chose qui peut se déployer dans l’espace, y prendre des formes, exprimer des gestes remplis d’âme, c’est découvrir comment la parole peut prendre corps et le corps devenir expression du langage. Grâce à l’eurythmie, l’acteur apprend à distinguer:

  • la forme qui nait du sens des mots
  • le dynamisme lié aux qualités des voyelles et consonnes
  • les ambiances d’âme liées aux gestes et attitudes

Déployer de cette façon le langage dans l’espace, c’est permettre à la voix elle-même d’y trouver sa dimension.

Techniques théâtrales

Au delà de la simple envie de jouer et de la spontanéité naturelle caractérisant les comédiens, il est nécessaire de mettre de la conscience dans ce que sont les universels du spectacle vivant, pour ensuite les travailler méthodiquement. Engendrer des ruptures, des silences, créer une ambiance, donner un rythme à l’action, développer un sens du timing et de la justesse, savoir faire une entrée ou une sortie, maîtriser le rire et les pleurs, créer un personnage… Ce cours permettra d’éclairer le travail fourni durant les heures d’interprétation.

Improvisation

Acquérir le sens de l’improvisation, c’est toucher ce point où tout le travail technique « disparait » pour se mettre au service de l’art. Dans le spectacle vivant, l’art est un processus de temps ayant lieu dans un moment subtil de rencontre entre les artistes et leur public. Une représentation doit être recréée à chaque fois, comme si elle surgissait de l’instant, donnant le sentiment de n’avoir jamais été jouée ou travaillée. C’est à ce prix, que l’artifice du théâtre apparaît « plus vrai » que le monde réel.

Gymnastique grecque

En accord avec le théâtre antique, nous avons constaté que les disciplines de la gymnastique grecque permettaient l’acquisition de facultés constituant le fondement du travail de l’acteur. Par exemple, la course donne l’aisance nécessaire à la marche et au déplacement sur scène, tandis que le javelot permet à l’acteur de lancer ses phrases à travers l’espace, sans effort et avec efficacité. Ainsi nous pratiquerons ces disciplines avec assiduité et en relation constante avec le travail du comédien.

Le chœur parlé

Le théâtre a véritablement émergé du chœur peu après l’apparition du coryphée. Le chœur donne une puissance quasiment extra-humaine à la parole et au texte; il élève le théâtre à un monde d’imagination, considéré dans l’antiquité comme divin. Par le travail du chœur, l’acteur sent qu’il est capable d’élargir son univers d’interprétation bien au delà des contingences du monde quotidien.

Masque

Deux compétences seront acquises grâce au travail du masque. D’abord la maîtrise du style qui occupe une place importante sur scène, notamment en commedia dell’arte et dans le théâtre antique. Mais au delà de ces acquis, le masque éduque le sens d’une gestuelle ample et efficace, sans être exagérée ou artificielle.

Mime

Chez le mime, l’énergie développée à l’extrême dans telle ou telle partie du corps subjugue le spectateur et captive son attention. Inconsciemment, le public, conduit par la concentration du mime, suit la trame de ses mouvements et comprend ainsi l’histoire muette que ce dernier crée pour lui. L’acteur doit intégrer cette force de concentration dans le corps, force qui donne vie à ses actes, ses gestes et déplacements.

Danse Laban

La danse Laban se distingue des autres grands mouvements de la danse contemporaine par le fait qu’elle s’est développée à partir de l’observation des qualités du mouvement, telles qu’elles existent réellement chez l’homme. Par exemple, un mouvement peut être « flexible » ou au contraire « direct ». Travailler ainsi les polarités de qualité du mouvement et leurs diverses combinaisons est une base très utile pour la construction d’un personnage, mais aussi pour rendre l’acteur lui-même plus mobile, libérant son corps de ses tendances naturelles. Il devient ainsi un meilleur outil pour incarner des personnages parfois très éloignés de sa propre constitution.

Visionnez les quatre coutes séquence documentaires sur la pédagogie d’Actéon réalisées par Roland Muller, en suivant ces liens:

– Actéon, une école hors du commun 1/4

– Actéon, une école hors du commun 2/4

– Actéon, une école hors du commun 3/4

– Actéon, une école hors du commun 4/4

 

Inscription et conditions d'admission

Conditions d’admission

  • Avoir entre 18 et 30 ans au cours de l’année scolaire*.
  • Être en bonne condition physique.
  • Satisfaire aux exigences du jury au cours de l’audition.
  • Valider son inscription à l’audition et l’inscription définitive auprès de l’administration de l’école.

* Des dérogations exceptionnelles pourront être accordées pour les 16-17 ans après entretien avec les parents et en fonction
de leur prestation à l’audition. De même, des dérogations pourront êtres accordées aux plus de 30 ans en fonction de leur
prestation à l’audition et après entretien individuel.

 

Concours d’entrée 2017-2018 en formation professionnelle

Le concours d’entrée en formation professionnelle de l’acteur en 3 ans s’effectue désormais sur rendez-vous individuel.

Dates des auditions : du 20 février au 6 octobre 2017

IMPORTANT: l’école de théâtre Actéon aménage actuellement une péniche-théâtre à Villeneuve-lez-Avignon.  La rentrée fixée au 9 octobre pour les élèves de 1e, 2e et 3e années, se déroulera dans un théâtre Avignonnais dont nous vous préciserons l’adresse en septembre. Ce théâtre accueillera nos cours jusqu’à la fin des travaux sur le bateau. Retrouvez toutes infos concernant le projet péniche sur ce lien.

Durée de l’audition : 1h environ.

Accès à l’audition: sur inscription – formulaire à télécharger ICI. Dès réception de votre fiche d’inscription, nous vous contacterons par téléphone pour un premier entretien et convenir de la date du rendez-vous.

Vous recevrez ensuite une convocation officielle.

Composition du jury : Wilhelm Queyras, Thomas Daviaud, Marie-Pierre Strano*

Nous vous demandons de préparer :

  • un monologue du répertoire classique (2 à 3 min)
  • une scène du répertoire contemporain (pour cette épreuve, vous pouvez être accompagné par un tiers, sinon, un membre du jury vous donnera la réplique – 2 à 3 min).
  • une performance libre (chant, danse, clown, théâtre, musique, poésie, acrobatie… de 2 min à 15 min)
  • vous devrez également participer à quelques exercices d’improvisation.

Merci de nous fournir avec votre formulaire d’inscription les documents suivants :

  • 2 photos d’identité
  • une photocopie de votre carte d’identité en cours de validité
  • un chèque de 90€ correspondant aux frais d’inscription et d’assurances qui vous sera remboursé si votre candidature n’est pas retenue, à hauteur de 85% (soit 76,5€), la somme retenue correspondant aux frais de dossier.

N’hésitez-pas à nous contacter pour tout renseignement complémentaire

* sous réserve de modifications

Tarifs et Bourses

Le coût du cursus professionnel pour les étudiants en 1e, 2e et 3e années est de 3875€ TTC par an (tarif 2017-2018), auxquels s’ajoutent 90€ de frais d’inscription, cotisation et assurances. Un échelonnement du paiement sur 12 mois est possible.

Possibilité de bourses auprès de la Fondation Paul Coroze, de 600 à 3500€ par an. Les critères sociaux et la motivation déterminent le montant de la bourse. Renseignements au +33 (0)6 67 02 48 22

Passé les deux premières semaines de cours,en cas d’abandon de la formation, le paiement de l’année scolaire complète est du.

Venez tester!

Possibilité d’effectuer gracieusement une journée d’immersion à l’école ponctuée de rencontres avec les professeurs et élèves, à tout moment de l’année et sur simple appel.

Vous souhaitez obtenir des témoignages?

Mise en contact possible avec des élèves et anciens élèves.

Tél.  +33(0)7 81 95 84 21   /  +33(0)6 67 02 48 22

Téléchargez la brochure complète de la formation